Messe de réparation à Richerenches

6 septembre 2018

Réparation :

vendredi dernier, un vol a été constaté à l’église de Richerenches.

La porte de la sacristie a été fracturée. 2 calices et 2 ciboires ont été volés dont celui du Saint Sacrement. La clef de la porte du tabernacle se trouvait dans la sacristie. Par son caractère gravissime, cet acte atteint directement la réalité la plus sacrée de notre culte. Une messe de réparation sera donc célébrée le samedi 29 septembre à 17 h 45 suivie d’un temps d’Adoration.


À quelles conditions célèbre-t-on des messes de réparation ?
Le code actuel du droit canonique prévoit une réparation par un « rite pénitentiel » lorsqu’une « action gravement injurieuse » est commise dans un lieu sacré et que les fidèles y voient matière à « scandale ». Il revient ensuite à l’évêque de déterminer si l’acte commis est gravement injurieux.

En quoi diffèrent-elles d’une messe ordinaire ?
Le cérémonial des évêques détaille le rite pénitentiel à suivre. L’autel doit être dépouillé et les signes exprimant la joie retirés - fleurs, luminaire allumé… Le célébrant bénit ensuite de l’eau et asperge l’autel pour le purifier. Il peut aussi, dans un but semblable, asperger les murs de l’église, ainsi que le peuple, cette fois-ci en mémoire du baptême et en signe de pénitence. La célébration de l’Eucharistie, utilisée notamment pour dédier une nouvelle église, est ensuite vivement recommandée, car elle permet de remettre l’église « en son état premier ». L’autel est alors à nouveau couvert et peut être décoré de fleurs avant que le pain et le vin ne soient apportés.